Troisième demi-finale du FICG : une explosion musicale qui allait dans tous les sens

Print Friendly, PDF & Email

Mélodie Spear. Crédit photo: Jonathan Archambault

Les demi-finales de la 49e édition du Festival international de la chanson de Granby se sont poursuivies de plus belle ce vendredi soir au Théâtre Palace de Granby avec la tenue de la troisième demi-finale. Celle-ci fut sans contredit la plus disparate musicalement parlant tellement que ça revolait dans tous les sens.

Les centaines de spectateurs présents ont le droit, au cours de cette soirée, à du rock littéraire, du hip-hop ayant comme trame de fond la paix mondiale, du rock de garage, à un trip musical sur le thème de Y frette au Yukon, à des chansons d’amour de gars pour terminer avec un atterrissage en douceur   avec du popà la sauce des Sœurs Boulay.

Dans tout ce tourbillon musical, la jeune Mélodie Spear, âgé de seulement de 19 ans, est celle qui est parvenue à se distinguer des autres concurrents grâce à son rock littéraire qui déménage. Si l’on ne savait pas trop à quoi s’attendre lors de son introduction sur scène, la jeune femme originaire s’est avéré être une véritable boule d’énergie dès les premières notes de sa chanson Alice Réveilles-moi. Une chose est sûre, après cette première œuvre, tous les gens dans la salle étaient bien réveillés pour découvrir cette jeune artiste qui s’est transformée en une rafale rafraîchissante. À plusieurs reprises durant sa prestation, on aurait dit une jeune Marie-Mai.

«Y fait frette au Yukon …»

Sophie Villeneuve lors de sa première chanson au piano. Crédit photo: Jonathan Archambault

C’est la Yukonnaise, Sophie Villeneuve, qui a été désignée pour ouvrir cette troisième demi-finale et force d’admettre que l’artiste de Whitehorse a laissé une excellente impression. Elle s’est montré tout aussi convaincante avec une guitare qu’avec un piano, passant à une toue d’amour traditionnel à une chanson aux sonorités country dans laquelle on a pu voir quelques flashs d’une certaine chanteuse canadienne Shania Twain avant de se taper un véritable trip musical sur le thème de Y fait frette au Yukon.

Une première partie solide

D’ailleurs, la première partie de cette troisième demi-finale s’est avérée être la plus solide sur le plan musical depuis le début de cette 49e édition. Celle-ci a été complétée par la prestation du lauréat du Festival de Petite Vallée, Pierre Guitard.

Toutefois, ce dernier a été éclipsé en quelque sorte par le brio de ses deux consœurs, si bien que sa prestation musicale a passé un peu sous le radar, non pas parce qu’il n’a pas été la hauteur, mais tout simplement parce que Sophie Villeneuve et Mélodie Spear ont été une coche au-dessus. Cependant, si sa prestation musicale est passée un peu sous silence, son humour pince-sans-rire a, quant à lui, marqué quelques points. «Ma prochaine chanson s’intitule Gisèle. Pour ceux qui se le demandent, oui Gisèle et Marianne ce sont de vraies filles, oui j’ai eu de vraies histoires avec elles et je sais que Granby, vous m’avez probablement à l’œil en vous disant que si vous me payez un verre ce soir, ma prochaine composition va peut-être porter sur vous, ou  vous vous  demandez peut-être, si mes prochaines compositions  ne s’intituleraient pas par hasard Robert ou Dennis, mais rien de tout ça va arriver puisque je suis tombé en amour avec une Caroline mais  je vais  jouer Gisèle et je vais la dédier à Marianne », faisant ainsi éclater de rire la salle.

Kimya rend hommage à sa mère

Kimya. Crédit photo: Jonathan Archambault

Le moment le plus émouvant de cette belle soirée revient sans aucun doute à Kimya lorsqu’il a interprété une chanson en hommage à sa défunte mère. Un geste d’amour qui a certainement ému les mères présentes au spectacle. Il a certainement également enregistré quelques votes pour le choix du public avec sa chanson sur le thème de la paix mondiale.

Pour sa part, Lou-Adriane Cassidy a terminé cette troisième demi-finale s’est bien débrouillé dans l’ensemble, mais sa présence timide sur scène va certainement lui nuire pour se tailler une place en finale . Quant à lui, le groupe Violence Gratuite a présenté quelques flashs intéressants, mais son manque d’expérience est venu porter ombrage à ceux-ci.

Partager ceci
Share

À propos Jonathan Archambault

Jonathan Archambault
Diplômé de l'université Laval en journalisme, Il a travaillé pour plusieurs médias depuis sa sortie de l'université. Il a notamment collaboré avec InfoSuroit et Média Sud, deux médias électroniques en tant que journaliste. Il a également plusieurs conseils municipaux dont notamment ceux de Granby, Bromont, Waterloo, Boucherville et Brossard.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

*VEuillez recommencer à nouveau.